San Francisco – Los Angeles, la mythique Highway 1

Après avoir passé quelques jours à San Francisco, j’ai eu la chance de découvrir la côte ouest américaine en me rendant à Los Angeles. Comme je le signalais dans mon précédent post, il est inutile de louer une voiture à San Francisco. Le stationnement est très compliqué et coûte cher. C’est donc lors de mon dernier jour que j’ai récupéré la voiture qui allait m’accompagner pour les 15 autres à venir.

Beaucoup de touristes qui choisissent de visiter l’ouest américain commencent ou terminent leur voyage par San Francisco ou Los Angeles. Ce sont deux villes inratables que l’on peut rejoindre en empruntant soit la fameuse Highway 1, soit la Highway 5 qui passe dans les terres et ne longe pas l’océan.

La première solution est sans conteste la plus intéressante si l’on décide de faire SF –> LA (dans l’autre sens, la route longe la mer mais de l’autre côté, il est donc quasiment impossible de s’arrêter pour profiter de la vue). Tout au long de la route (comptez environ une quinzaine d’heures tout de même), les points de vue spectaculaires se succèdent. Montagnes et forêts, falaises et plages, tous ceux qui l’ont emprunter ne tarissent pas d’éloges sur cet itinéraire.

Un des points de vue de la Monterey Peninsula Recreational Trail

Un des points de vue de la Monterey Peninsula Recreational Trail

Si l’on choisit de rouler sur la Highway 1, il est indispensable de s’arrêter pour une nuit (ou davantage) dans une des villes qui précèdent Los Angeles. Les hôtels sont plus ou moins nombreux selon les endroits, pour moi mieux vaut réserver depuis la France pour ne pas avoir de mauvaises surprises, particulièrement quand on a un budget serré (les auberges de jeunesses sont rares, tout comme les petits motels). L’idéal est aussi quand c’est possible d’effectuer le trajet dans la semaine pour éviter une autre hausse des prix le week-end. En fonction des goûts de chacun, trois villes se démarquent des autres. En famille, ou pour les amateurs de nature et d’animaux, l’étape idéale est Monterey. Plusieurs balades permettent d’apprécier la beauté du paysage et surtout la faune locale (lions de mer, dauphins…). La plus belle promenade est la Monterey Peninsula Recreational Trail, que l’on fait à vélo ou à pied. Elle est très fréquentée. Monterey Bay est plutôt préservée et avec ses airs de petit village de pêcheurs plait beaucoup aux européens. L’aquarium est à voir, il fait partie des plus beaux du monde.

Le Golf de Monterey, tout simplement magique !

Le Golf de Monterey, tout simplement magique !

Une route (payante, 10$) permet de rejoindre Carmel en longeant la mer. Maisons à couper le souffle, golf sur l’océan, panoramas exceptionnels, l’endroit est tout simplement magique. Au sud de Carmel justement, Point Lobos est une autre étape sympathique, une réserve naturelle qui accueille de nombreux touristes en janvier et avril, au moment de la migration des baleines grises. Pour l’anecdote, Clint Eastwood fut maire de Carmel quelques années. Pour moi il est plus intéressant de visiter Monterey mais de dormir à Carmel.

Si l’on est branché randonnées et nature sauvage, Big Sur est une bonne alternative. La ville est située à 6 h de Los Angeles, encore un peu plus au sud de Carmel. Elle est surtout connue pour être un parc national qui attire les campeurs (il y a aussi de beaux hôtels), heureux d’apprécier à la fois les forêts de séquoias et les falaises qui tombent dans l’océan. Parmi les choses à ne pas rater, le Bixby Creek Bridge, très célèbre pont qui offre une vue éblouissante sur l’océan (la Highway 1 passe dessus, donc impossible de le rater!) mais aussi McWays Falls, avec une cascade qui tombe dans la mer, tout bonnement magique et magnifique (si possible, arrêtez-vous le matin tôt ou en fin d’après-midi pour profiter d’une belle lumière et de la tranquillité).

Le Bixby Creek Bridge à Big Sur

Le Bixby Creek Bridge à Big Sur

La dernière portion de route, entre Big Sur et Santa Barbara (aux portes de Los Angeles), est de l’avis général la plus belle portion de la Highway 1, j’y reviendrai dans un instant.

La seconde possibilité, si l’on manque de temps ou que l’on n’est pas intéressé par la côte, est d’emprunter la Highway 5. Certes moins intéressantes, elle fait tout de même gagner de nombreuses heures, a le mérite d’être gratuite et peut être quittée à tout moment.

C’est l’option que j’ai retenue. Je suis partie de San Francisco un matin, j’ai roulé environ 4h avant de quitter la Highway 5 pour rejoindre la route 101 au niveau de San Luis Obispo. De là, il me restait moins de 2 h de route pour rejoindre Santa Barbara, où j’avais choisit de passer une nuit.

Si comme moi vous ne voulez pas perdre trop de temps, je pense que c’est la solution idéale.

Entre San Luis Obispo et Santa Barbara, la route est tout simplement magique. Les falaises, la lumières, les premiers surfeurs et les cabanes de plage rendues célèbres par Alerte à Malibu, tout ici vous signale que vous êtes au cœur de la Californie.

 

 

 

 

 

Share This Post

Recent Articles

Leave a Reply

© 2017 Mon tour du Monde. All rights reserved.