Les marchés d’Istanbul

Vaisselles turques très colorées et qui constituent des souvenirs appréciés!

La Turquie est connue pour ses « delights », ses douceurs sucrées dont le loukoum et le helva, cités dans les livres depuis le XIIème siècle !

Impossible pour la gourmande que je suis de ne pas commencer la visite de la ville par le Bazar Égyptien et le Grand Bazar qui regroupent aussi bijoux, tapis, tissus, parfums et arômes d’Orient, bref tout ce qui fait le charme de la ville !

Le premier est ouvert du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures. C’est un grand marché couvert dans lequel on retrouve une centaine de boutiques vendant principalement des bijoux et de petits bibelots ou souvenirs. Mais quelques marchands d’épices se démarquent et les parfums de cannelle, de vanille et de safran se font ressentir dès que l’on met un pied dans les allées étroites et encombrées de touristes. Alors que les turcs n’ont pas toujours pour habitude d’afficher les prix, ici c’est plutôt courant, de quoi rassurer ceux qui ne sont pas fans des techniques de marchandage ! On y trouve d’excellents loukoums et quelques objets de faïence pas chers (les bols sont superbes).

Les allées du Grand Bazar

Le Grand Bazar, ou « Kapaliçarsi » est un lieu unique et déconcertant. Véritable dédale de ruelles (on en compte 65) et entièrement couvert, il offre plus de 4000 boutiques dont 1000 bijouteries. Ici on en prend plein les yeux, les couleurs et les lumières sont partout, la foule y est dense, le bruit parfois assourdissant, on peut facilement étouffer et avoir envie de revoir le ciel comme s’y sentir à l’aise et s’étonner des milliers de trésors qui s’y trouvent ! Tout se marchande, vous ne trouverez jamais d’étiquettes. Un conseil, allez-y habillés simplement, ranger vos appareils électroniques car les vendeurs donnent un prix en fonction de l’apparence physique du client et plus ils pensent que vous avez de l’argent, plus les prix grimpent ! L’atmosphère fiévreuse qui s’en dégage donne l’impression d’acheter dans la boutique la plus fantastique. Il n’y a qu’une chose à faire : fouiller ! Attention, le dimanche, c’est fermé !

Dans l’allée centrale, la plus large, c’est l’or qui domine et scintille derrière toutes les vitrines. Devant la porte, les commerçants en costume cravate et cigare attendent les clients et impressionnent. Le choix de bijoux est absolument fou. La boutique la plus célèbre est celle de Sait Koç, connu pour avoir été le favori du président Turgut Özal. Et si vous avez envie d’en prendre plein les yeux au niveau pierres précieuses, direction la boutique n°73 dont les clientes sont souvent des femmes de grands hommes d’affaire. Il n’est pas rare de croiser des acheteurs suisses, c’est dire si la qualité est sans égale.

A la recherche d’une tenue de fête?

Le Grand Bazar permet aussi d’acheter fourrures, cuirs, antiquités (parfois très chères), de vieilles armes qui ne fonctionnent plus, de superbes corans enluminés ou encore de très nombreux objets d’artisanat. De nombreux restaurants et cafés permettent de faire une pause au sein même du marché et tout autour. Mes amis sur place aiment également dénicher les endroits les plus insolites du lieu, de petites cours peu engageantes qui cachent des ateliers de confections et des grossistes, ici une coutellerie et là un han (l’autre nom des caravansérails) où l’on presse l’argent… La visite est passionnante. Vous y croiserez aussi un grand nombre de vendeurs ambulants qui font tout le charme de la capitale turque, l’occasion de goûter au thé et cafés si célèbres.

Quelques douceurs…

Share This Post

Recent Articles

Leave a Reply

© 2017 Mon tour du Monde. All rights reserved.