Trois expériences gastronomiques surprenantes en voyage !

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « Voyager blogs » organisé par le blog Lecoindesvoyageurs.fr et dont voici la présentation pour cette deuxième édition : 3 expériences gastronomiques surprenantes en voyage.

On parle beaucoup en France des escargots de Bourgogne, des tripes et abats en tous genres, du foie gras qui, et je ne comprendrai jamais pourquoi, révulsent bon nombre de touristes ou en tout cas étonnent. A tous ceux-là je voudrais dire, comment pouvez-vous être dégoutés par quelques morceaux d’une matière légèrement visqueuse ou par une technique de gavage un peu choquante quand vous possédez quelques unes des spécialités culinaires les plus étranges ? Car j’ai été, moi aussi, au cours de mes voyages, amenée à goûter tout un tas de spécialités locales dont certaines m’ont marqué à vie !

Ragout de serpent au Vietnam!

Il y a quelques semaines au Vietnam, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre autour du delta du Mékong. Pirogue, chapeau pointu, chants des oiseaux et rythmes lents, le voyage est idyllique. Nous nous arrêtons dans un petit restaurant qui propose le menu « all snake », comprenez « tout serpent ». Un vrai séjour passant pour moi forcément par la dégustation de mets locaux, je n’ai pas hésité une seconde à tenter et grand bien m’en a pris, c’était délicieux ! Une entrée à base de nems, pour lesquels, soyons honnêtes, il est assez difficile de savoir ce qu’il y a dedans, suivie d’une sorte de ragout de serpent aux légumes où l’on peut observer plus aisément ce que l’on mange, à savoir un morceau se rapprochant par la consistance de la lotte ! A la fin du repas, un serveur est venu me proposer un petit shot de sang de serpent, immédiatement suivi dans ma tête par un flash d’une scène du film « La Plage » dans laquelle Leonardo di Caprio succombe à cette boisson avec la fin que l’on connait. J’ai donc poliment refusé. Mais l’expérience fut tout à fait agréable, loin, bien loin, de celles qui m’attendaient aux Philippines…

J’adore ce pays. Vraiment. Les gens sont d’une gentillesse extrême, les paysages splendides, le climat plutôt sympathique et les McDo livrent 24/24 et 7/7. Seulement, si je ne veux pas revenir avec 5 kilos de plus, il est temps que je diversifie mon alimentation. Et quoi de mieux que quelques plats locaux, histoire de ne pas rentrer trop bête.

Une photo volontairement très soft (oui, oui) du balut…

On l’appelle balut. Ici, les enfants l’achètent à des vendeurs ambulants sur les plages et s’en délectent. C’est donc forcément bon, non ? Non. Il s’agit simplement d’un œuf, de poule généralement, qui a été cuit. Jusqu’à là ok, mais rien à voir avec l’œuf dur que vous imaginez, non, là il est question d’un œuf qui a été couvé et dont le fœtus est déjà plus que formé à l’intérieur. Petites plumes, bec qui commence à pousser, pattes et vaisseaux, tout y est ! Même le petit bouillon qui entoure le poussin presque formé ! Avant d’être prise de nausées, j’ai gouté. Le jus a goût au bouillon de poule, ça va encore, mais ensuite on écale l’œuf et on mord dedans. Et les petits os qui craquent sous la dent pendant que l’esprit reste focalisé sur un mignon poussin jaune, ça demande une sacrée volonté qui m’a manquée… Du coup, je me suis dit, quoi de mieux pour faire passer le goût et le souvenir qu’un bon dessert ? Bonne nouvelle, le halo-halo est proposé partout ici et ça a l’air délicieux, avec toutes ces couleurs ! Enfin, à condition d’être très gourmand, parce que des ingrédients il y en a ! La recette varie d’un endroit à l’autre, et selon les goûts. Dans les supermarchés, il existe de grands espaces où vous pouvez acheter dans de petites boites en plastique tous les produits nécessaires à la réalisation du halo-halo : glaces de toutes sortes, gelées diverses (rouge, verte, plus il y a de couleurs, mieux c’est !), quelques filaments de macapuno (qui se rapproche de la noix de coco), de petites perles de tapioca, des fruits frais (bananes, mangues), du lait en poudre, de la glace pilée, mais aussi : du maïs, de la patate douce, des haricots sucrés (ou mungo beans), de la confiture d’igname, des fruits confis et de la glace violette à l’ubé, un fruit local sur le dessus… Si cela vous évoque le gratin de restes de Loïs dans Malcolm, c’est normal !

Une des nombreuses recettes du halo-halo!

Mais aussi fou que cela puisse paraitre, passée l’appréhension de la première cuillère, le résultat n’est pas si mal !

L’important, c’est de tester, même si l’aspect dégoûte, même si l’odeur dégoûte, parce que l’occasion ne se présentera pas toujours et quel que soit le résultat, on y repense avec un petit sourire. Et puis soyons honnête, on peut aussi se vanter auprès de ses amis de ses expériences culinaires insolites ! D’ailleurs, que pensez-vous du bœuf séché de Hong Kong…?

 

Share This Post

Recent Articles

3 Responses to “Trois expériences gastronomiques surprenantes en voyage !”

  1. Sylvie says:

    Merci pour ta participation ! Tuas bien raison, on a aussi en France des spécialités très surprenantes pour les touristes étrangers :) !

  2. […] Les spécialités culinaires étranges d’Emma avec Ragout de serpent au Vietnam, le balu et le halo-halo. […]

  3. Sarah says:

    Oh mon dieu le balut est un des pire mets que j’ai eu à voir au cours de mes voyages, de mon regard d’occidentale je trouve ça un peu cruel :(

Leave a Reply

© 2017 Mon tour du Monde. All rights reserved.